fbpx

Interview exclusive de Raphael MORAGLIA, un innovateur en matière de formation !

Aujourd’hui, nous avons eu l’honneur d’interviewer Raphael MORAGLIA, gérant et créateur de la société Skillogs.
Il a développé un concept très novateur qui nous a beaucoup plu et fortement intéressé.
 
Aujourd’hui, il a accepté de répondre à l’ensemble de nos question, afin que vous en sachiez davantage sur ce concept innovant et prometteur.
 
Ambassade : Bonjour Raphael, vous êtes le créateur et gérant de la société Skillogs. Pourriez-vous nous dire quelle est l’activité principale ?

Raphael : L’activité principale de Skillogs est la réalisation de solutions numériques pour la formation initiale et continue. Cela se traduit par le développement de l’environnement numérique d’apprentissage “Acarya” (qui signifie enseignant en Sanskrit). Nous nous positionnons comme le pivot entre le “Sachant” (L’école, le Centre de Formation, l’Université, l’Entreprise, et ses enseignants et formateurs) et l’apprenant (L’élève de 6 à 99 ans).

Ambassade : Pourquoi avez-vous eu l’envie de créer ce système de formation en ligne, qu’est ce qui vous a motivé?
 
Raphael : J’ai été moi-même, bien sûr étudiant, et je me considère comme un apprenant tout au long de la vie. Il y a 3 ans, lorsque j’ai réalisé une reconversion en ingénierie informatique, j’ai découvert le besoin prégnant de solutions intelligentes et personnalisées à chaque apprenant. En termes d’outils numériques d’adaptive learning, la formation professionnelle est selon moi le parent pauvre. J’ai mis toute ma passion dans ce projet ambitieux, qui consistait à développer une solution permettant d’adapter le contenu et les exercices d’un cursus, quel qu’il soit, à chaque apprenant, en tenant compte de son profil, des ses forces et faiblesses. L’intelligence artificielle entre en force en appui aux programmes de formation, d’un simple cours de maths de CP à un Master en droit international, en passant par un BTS en alternance.
 
Ambassade : Que pensez vous que cela puisse apporter à un étudiant ?
 
Raphael : De la confiance, de la motivation. Nous avons aujourd’hui, à la maison, à l’école, en entreprise, du matériel informatique d’une puissance inouïe.  D’autre part, la recherche ne cesse de découvrir de nouveaux champs d’application en termes d’acquisition des connaissances, des compétences et des habiletés. Des outils comme Acarya permettent de diminuer drastiquement les taux de rupture (difficultés scolaires, redoublement, échec à des examens et certifications) et augmenter substantiellement la réussite et la motivation. Cela mène l’apprenant à un bien-être social, et à un épanouissement personnel. C’est un impact sociétal fort.

 
Ambassade : Et pour une entreprise ?
 
Raphael : La visibilité, et la rationalisation des dépenses. Qu’est-ce à dire ? Une entreprise a besoin de connaître le vivier de compétences dormantes en son giron.  La validation des compétences, l’optimisation des formations qu’elle dispense est indispensable. Je recevais l’autre jour un responsable de Centre de Formation qui m’exposait la problématique d’un client : 100 magasins, 4 000 collaborateurs à former en sécurité incendie. Le besoin, à un niveau local et national, est de pouvoir certifier le suivi de la formation, valider les compétences, et appréhender le nombre de stagiaires en difficulté de formation afin de permettre des formations complémentaires. Nos solutions le permettent.
D’un point de vue financier, les budgets de formation sont immenses : il y a un réel besoin, sans augmenter les dépenses, de se garantir une augmentation des compétences en interne, et une visibilité. Associer nos outils numériques à des formations solides permet d’atteindre ces objectifs. 
 
Ambassade : Allez-vous continuer à développer les formations ?
 
Raphael : Notre objectif est de proposer, en collaboration avec les écoles, les centres de formations, les universités et les entreprises, plus de 3 000 formations en 2020. L’étape suivante, et révolutionnaire, sera l’approche heutagogique de la formation. En des termes plus communs, permettre à un apprenant de composer lui-même ses modules et son cursus de formation, et pouvoir l’accompagner intelligemment jusqu’à la certification. 
 
Ambassade : Une anecdote à nous transmettre ?
 
Raphael : Pour expliquer nos algorithmes d’optimisation de la motivation, je prends toujours l’exemple suivant : le saut à la perche.
Pensez à un perchiste qui passe aisément 5.98 mètres. Si je lui propose des entraînements à 5.20 mètres, il ne sera pas motivé, c’est trop facile. A l’inverse, lui proposer 6.20 mètres est irréaliste, il va se décourager. Nous proposons donc à l’apprenant un entraînement à 5.99 mètres, la difficulté “juste au-dessus”, pour conserver sa motivation. Dès lors que 5.99 mètres devient aisé, on monte graduellement. 
En exposant cet exemple à un client, il l’a aussitôt appliqué au sport qu’il pratique personnellement !
Ambassade : Merci à vous d’avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions.
Et pour ceux qui souhaitent en savoir davantage, une seule adresse web : https://skillogs.com/fr/
 
N’hésitez plus, remplissez rapidement ce formulaire : https://skillogs.typeform.com/to/Ep2dR4 dès cette semaine. Vous serez recontacté rapidement.